Fontaine de la FEE

Il était une fois un petit village du Périgord noir. Vous ne le connaissez sans doute pas. Il est pourtant près des hauts lieux touristiques, mais il est perdu au milieu des collines.

Il s’appelle Savignac de Miremont car au Moyen-Age il dépendait de cette châtellenie. Avant la Révolution, les habitants des villages voisins y venaient en pèlerinage pour se recueillir devant les reliques de Sainte-Claire d’Assise. Pour ceux qui aiment l’aventure, je vais vous dévoiler un autre pèlerinage qui vous enchantera. Vous stationnez votre voiture dans le bourg, près de la mairie ou de l’église, vous enfilez de bonnes chaussures de marche et vous suivez la route qui descend vers le vallon : elle longe le ruisseau de Savignac. Arrivés au viaduc, vous empruntez la petite route qui se faufile entre le moulin de Soufron et le restaurant.

Prenez une grande respiration : la côte est raide ! Au sommet vous êtes à la Croix de Tiradouyre sur le coteau de Puyvendran nommé « la montagne de Vénus » par Paul Foenecker dans son livre « Sites mystérieux et légendes de nos provinces. » A droite, après une centaine de mètres, un sentier vous invite à entrer dans le bois. En le parcourant vous admirerez toute la flore sauvage de nos coteaux calcaires, en particulier, au printemps les nombreuses variétés d’orchidées. En hiver, vous respirerez le parfum de la truffe.



Enfin, à quelques pas d’un ancien lavoir, vous apercevrez à votre droite un rocher, enguirlandé de lierre, d’où jaillit une eau cristalline qui va rejoindre le Manaurie, affluent de la Vézère.

Cette fontaine intarissable est la Fontaine de la Fée.

On raconte dans le pays depuis des générations que la gardienne de la source est une fée fileuse d’une merveilleuse beauté. Les nuits de pleine lune, elle file, près de la fontaine, totalement nue, ses longs cheveux étincelant sous les rayons de l’astre. Maintenant que vous connaissez le chemin, je suis sûre que certains d’entre vous brûlent de la voir mais il vous faut hélas attendre la prochaine pleine lune.

Nous y sommes allés mais nous ne l’avons pas rencontrée.
Je vous souhaite d’avoir la chance de la découvrir.


Par Huguette SIMON-LABROUSSE.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.genea24.fr/blog/index.php?trackback/156

Fil des commentaires de ce billet