Zimboura

La gimbourra, pardon la zimbourra : une de nos soupes traditionnelles du Périgord que l’on n’aurait dû consommer qu’une fois dans l’année : quand on tuait le « moussu » le cochon de la ferme.


Mais comme les périgourdins sont généreux, chacun en offrait à ses voisins donc à tour de rôle et c’était ainsi une des soupes les plus consommées l’hiver dans nos campagnes.

Commençons par réunir :

1 chou

5 carottes

3 navets

1 rave

2 oignons

500grs de pomme de terre

Quelques gousses d’ail

1 gros oignon

De la graisse d’oie ou de canard

De l’eau de cuisson de boudin


Faire bouillir 3 à 4 litres d’eau de cuisson de boudin, y ajouter le cœur du chou coupé en quartier et blanchi, les carottes, les navets, la rave, les poireaux, les oignons et faire cuire le tout pendant une heure.

Ajouter alors les pommes de terre coupées ainsi que l’ail et l’oignon préalablement fricassés dans la graisse, laisser cuire encore 20 min et verser dans la soupière sur tranches de pain coupées très mince.


La patte de la « chef » : Pour pouvoir encore se régaler de cette soupe bien difficile à faire actuellement sans eau de cuisson de boudin, on s’en « fabrique » en écrasant un boudin artisanal et en le faisant infuser dans l’eau nécessaire à la soupe, en prenant soin de la filtrer si l’on ne veut pas retrouver les morceaux de boudin, c’est une histoire de goût.

Par Bernadette FONDRIEST.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.genea24.fr/blog/index.php?trackback/196

Fil des commentaires de ce billet