mercredi 16 novembre 2022

NAUZE

La NAUZE
.

Ce Joli petit cours d’eau qui serpente la campagne Périgourdine vers Belvès, je ne connaissais pas son nom jusqu’à ce que j’écrive cet article et pourtant, je la connais bien, je la longe à chaque fois que je viens à Sarlat reprendre contact avec mes racines ; sur cette route qui arrive du haut Agenais et qui passe juste en dessous du bourg de Belvès, la Nauze l’accompagne juste à quelques mètres laissant comme espace avec elle, juste un champ, ou des maisons et leur jardin, J’ai même dormi dans l’une d’elle, chez des amis et me suis endormie au son de son doux chant…

Elle prend source à quelques kilomètres de là, près de l’ancien château de Cabirat sur la commune de Mazeyrolles.

Bien sûr, elle ne se contente pas de couler gentiment de sa source à la Dordogne ou elle se jette à Siorac, juste en face de la plage de Coux ; non, c’est une rivière bien laborieuse. Dès le moyen âge, elle a hébergé sur ses rives des moulins. On en a compté pas moins d’une trentaine tout au long de ses plus de six sept kilomètres. Des moulins qui faisaient tourner des minoteries, des huileries à noix et même une papeterie à Monplaisant dont il reste des vestiges en ruine et bien sûr la filature de Belvès qui était à l’origine un moulin médiéval.
à Fongauffier.

De petits ruisseaux viennent la grossir tout le long de son trajet : La Beuze, le Vaurez, le Gril aussi appelé Landrou, le Mamarel. Au niveau de Fongauffier elle se grossit de deux grosses sources qui multiplient son débit, puis le Raunel et enfin la Vallée sur la rive droite et qui arrive du coté de Saint Pompont. Elle traverse, pas moins de huit villages : Mazeyrolles, Salles de Belvès, Larzac, Belvès, Monplaisant, Fongauffier, Sagelat et Siorac.

La Nauze, gentille petite rivière ? Oui, mais elle a aussi ses coups de folie, Au printemps 2008 après une météo particulièrement mauvaise elle inonda la départementale et coupa la ligne de chemin de fer à Siorac.
à Sagelat.

Par Bernadette FONDRIEST.