Mot-clé - Noisette

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 16 novembre 2021

Noisette en huile


Dans notre pelouse, nous n’avons que quatre noisetiers qui sont plus ou moins productifs selon les années. C’est une petite récolte bien familiale, et Claude, mon mari se plaît à la fin de l’été et à chaque début d’automne à ramasser les noisettes au fur et à mesure de leur chute. Il les trie une première fois sur place : certaines coquilles sont trouées, d’autres sont croquées par nos petits écureuils ou vides tout simplement.

Les noisettes sont mises à sécher dans des sacs aérés, pendus au plafond de notre sous-sol, pour éviter bien sûr que petites souris et mulots se servent. Vers le mois de novembre vient le temps de casser les noisettes et Claude a une façon bien à lui de le faire : il les casse une à une avec une pince multiprise et garde les amandons (L'amandon de noisettes décortiquée nature), dans des sacs dans le bureau cette fois ci pour les faire sécher !

Claude a l’habitude de « faire l’huile » début janvier. Pour cela, il faut prendre un rendez-vous avec le meunier.

Nous faisons l’huile de noisette au moulin de Landry qui se situe sur la commune de Chantérac. A l’arrivée au moulin, les noisettes sont repesées puis broyées.

La pâte de noisettes obtenue par broyage est chauffée au feu de bois dans une grande « poêle » jusqu’à la faire griller pendant une heure environ.


La cuisson dégage une odeur agréable dont les lieux sont imprégnés et vous aussi !

La pâte de noisette est mise dans une toile que le meunier referme

La pâte est pressée avec une force de 85 tonnes et l’huile coule.

Pour faire 1 litre d’huile de noisettes, il faut 2 kg d’amandons et 6kg de noisettes entières sèches. Pour faire une pressée : il faut entre 22kg et 35 kg d’amandons

L’huile est dite « vierge », c'est à dire qu'elle n'est pas obtenue par mélange de plusieurs huiles.







Voici les « pâtons » obtenus une fois la pâte de noisette pressée






Et voici le résultat
après une décantation d’au moins un mois dans un bidon.









Bonne dégustation





Par Marie Paule BERTRAND-BLANCHARD.