Baylet au Meynieux

Saint-Pancrace est une toute petite commune au nord du département de la Dordogne, au cœur du Périgord Vert, entre Brantôme et Nontron.

Les premiers recensements effectués en 1793 évaluent le nombre de la population à 299 personnes. En 1800, il n’y a plus que 181 habitants.

Les Baylé ont vécu sur plusieurs générations, au Meynieux, berceau de la famille, au moins du début de la tenue des registres paroissiaux dans la commune jusqu’au début du XIXe siècle.




Le Meynieux est un petit hameau au nord du village de Saint-Pancrace, regroupant aujourd’hui moins d’une dizaine de maisons. L’ancêtre le plus lointain à ce jour identifié dans ce village est Tibaud Baylé. Le patriarche, né sous le règne de Louis XIV meurt en 1774 à l’âge de 80 ans sous le règne de Louis XVI. Les Baylé sont déjà nombreux à Saint-Pancrace en ce temps-là. Les registres ayant été tenus dans la commune à partir de 1646, j’ai pu constater que plusieurs familles sont déjà présentes.

Eglise de saint-Pancrace.

Thibaud

Il est né aux alentours de 1694 à Saint-Pancrace et meurt à l’âge de 80 ans le 22 décembre 1774 : « Le vingt-trois décembre mille sept cent soixante-quatorze a été enterré dans le cimetière de la paroisse Thibault Bayle mort hier au village du Meynieux, présente paroisse, après avoir reçu les sacrements, âgé d’environ 80 ans. Témoins Jean Amblart et Mathieu Dumas qui n’ont su signer de ce par moi interpellé. »

Il s’était marié en 1720 avec Sicarie DUMAS (1702-1782), également originaire du Meynieux, fille de Sicarie Dumas et Jeanne Allari. Thibaud était journalier et métayer. Ils ont ensemble au moins 9 enfants, tous nés au Meynieux :

-Pierre, le fils aîné (1722-<1784), qui s’est marié avec Paule Lagarde et qui aura avec elle au moins 4 enfants, dont encore un petit Pierre ; -Martial, le cadet, mon ancêtre (1724-1875), qui se marie avec Marie Blois ; -Jean (1724), frère jumeau de Martial, mais qui décédera trois semaines après sa naissance ; -François (1727) ; -Jeanne (1733) ; -Nicolas (1735-1807) qui deviendra tisserand et qui se mariera à Brantôme avec Jeanne Nicolas ; -Marie (1738) ; -Marie (1744).

Martial

Le fils cadet de Thibaud, est né « Marthial » le 23 septembre 1754 au Meynieux à Saint Pancrace. « Le vingt et quatrième sept a été baptisé Marthial Baylé né d’un jour, fils à Thibaud et a Sicari Dumas du village du Meynieux présente paroisse, a été parrain Martial Barriere du village de la Plaine paroisse de Cantillac et a été marraine Marguerite Bayle du village de Convive paroisse de Saint Angel en présence de Jean Baylé marguillier de Lamrand laboureur du présent bourg par moi. »

Martial est décédé à 60 ans le 22 août 1785 dans la commune où il est né et a vécu toute sa vie. « Ce vingt-trois août mille sept cent quatre-vingt-cinq a été inhumé dans le cimetière de la présente paroisse Matial Baylé décédé le jour précédent au village du Meynieu après avoir reçu les sacrements nécessaires au salut âgé de soixante-cinq ans, présent Guillaume Fougere Pierre Ambard qui n’ont su signer de ce enquis. »

Il est journalier et métayer. Il se marie en 1748 avec Marie BLOIS (1731-1760), originaire de Champagnac-de-Belair, la commune d’à-côté.

« Le six de février mille sept cent quarante-huit après les fiançailles et la publication des bans de mariage entre Matial Baylé du village du Meynieux présente paroisse et Marie Blois du village de Fialarge paroisse de Champagnac faite dans cette église et dans celle de Champagnac pendant trois divers jours de dimanche ou de fête sans avoir découvert aucun empêchement civil ni canonique et les deux parties s’étant disposés au sacrement de mariage par la réception de ceux de pénitence et d’eucharistie vu le certificat de monsieur l’archiprêtre de Champagnac, je soussigné leur ai donné la bénédiction nuptiale en présence de Jacques Comte marguillier d’Étienne Léonard et de Jerôme Martino du présent bourg. ».

Marie, son épouse, mourra prématurément en 1760, à l’âge de 30 ans, ce qui me fera penser, dans un premier temps, que peut-être elle était décédée des suites de couches mais n’ayant pas trouvé d’acte de naissance dans les jours qui suivaient, j’ai dû me résoudre à un décès soudain, une maladie ou un accident… Nicolas (1785-1804) qui sera cultivateur et qui se mariera avec Marguerite Laborde ; Léornard (1788) ; Jeanne (1798). A son mariage, Thibaud exerce la profession de journalier. Je perds sa trace et celle d’Anne après la naissance de Jeanne. Sans doute ont-ils quitté le Meynieux, ce lieu peu labourable où l’on vit chichement, sans terres et sans avenir.

Nicolas

Il est né le 1er juillet 1785 au Meynieux, dernier de la famille à être né en ces terres mémorielles de Saint-Pancrace où le faible nombre d’habitants a permis aux curés de conserver le patronyme Baylé intact et à l’abri des variantes orthographiques.

« Ce second juillet mil sept cents quatre-vingt-cinq a été baptisé Nicolas, fils naturel et légitime de Thibaud Baylé journalier et de Anne Jaraud conjointe né le jour précédant au village du Meynieux, ont été parrain Nicolas Baylé, oncle du baptisé et Léonarde Roche, grand-mère, qui n’ont su signer cet enquis ».

En 1804, Nicolas a déjà quitté Le Meynieux. Il réside à Champagnac-de-Belair, commune limitrophe de Saint-Pancrace, peut-être avec ses parents pour lesquels je n’ai d’ailleurs pas retrouvé les actes de décès. Il est cultivateur comme ses aïeuls.

Il se marie le 20 avril 1804 à Château-l’Evêque avec Marguerite Laborde qui sera parfois appelée Catherine (1779-1865). Marguerite est de Boschaud, une commune située à une vingtaine de kilomètres de Champagnac, ce qui témoigne de la mobilité naissante des familles.

« Du 20ème jour du mois de germinal l’an 12 de la république Française. Acte de mariage de Nicolas Bayle âgé de 18 ans, né à St Pancrase département de la Dordogne le deux du mois de juillet 1785, profession de cultivateur, demeurant à Champagnac département de la Dordogne, fils légitime de Thibeau Baille demeurant à Champagnac département de la Dordogne et de Anne Jarau comparant ledit Thibeau Baille père présent et autorisant ledit Bayle son fils. Et de Marguerite Laborde, âgée de 24 ans, née à Boschaud département de la Dordogne, le 28 du mois de décembre 1779, demeurant à Boschaud département de la Dordogne, fille légitime de Pierre Laborde, demeurant à Boschaud département de la Dordogne et de Françoise Boyer, comparant le dit Pierre Laborde présent et autorisant ladite Laborde sa fille. »

Sur cet acte de mariage en 1804, Nicolas a perdu son accent. Il est devenu un Bayle.

Son père Thibaud, présent, a gagné deux ailes et s’est vu désigner Thibeau Baille.

Il décède le 5 juillet 1855 à l’hospice de Brantôme.


Par Sophie BAYLET et Geneviève COULAUD.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.genea24.fr/blog/index.php?trackback/146

Fil des commentaires de ce billet