Quoi Qui



Dans le département de la Dordogne, il y a Lamothe Montravel. Dans Lamothe Montravel, il y a une salle des fêtes. Dans cette salle des fêtes, il y a un étage. Dans cet étage il y a des salles. Et dans ces salles il y a … quoi ?




Quoi ?

On peut dire que ce sont des peintures appliquées directement sur les murs. Dans la première salle, elles représentent des scènes liées à l’agriculture au cours des différentes périodes de l’histoire.


Curieux tout de même, juste un petit texte de présentation :

« Sous le sceau du progrès éternel, au rythme des floraisons que guident le travail de l’homme s’édifient les années puis les siècles… »

Dans cette salle nous suivons l’évolution de l’outillage, de l’agriculture, au cours des différentes périodes. Agriculture qui dompte la nature et améliore son rapport avec elle et la vie des paysans malgré un travail harassant. Au regard de ces peintures, on ne peut pas ne pas évoquer « les très riches heures du Duc de Berry », ce livre d’heures dont le but est d’indiquer les prières à réciter suivant les heures de la journée et commence toujours par un calendrier. Continuons notre visite. La deuxième salle est beaucoup moins bucolique. Elle exprime une certaine force, une certaine puissance. Et là aussi, seules, quelques notes peuvent nous éclairer :

''__Les humains conjuguent dans leurs efforts la force avec l’intelligence La vie rejette ceux qui abandonnent l’une ou l’autre.__ ''

Que penser alors ?

Le discobole n’est pas là pour nous faire apprécier uniquement sa musculature parfaite, son corps exemplaire mais pour nous montrer également le mouvement de l’athlète ployé, instable, qui va trouver un appui avec ses pieds, son bras qu’il va balancer en tournant son corps pour faire contrepoids, afin de ne pas perdre l’équilibre et tomber.

Nombreux sont les mythes où l’homme se mesure avec des forces inimaginables. La force et le courage seuls ne sont pas suffisants pour venir à bout de certains obstacles. Alliés à l’intelligence, ils font triompher par exemple, Ulysse, Jason, Thésée ... D’ailleurs, Horace disait également : « La force sans l'intelligence s'effondre sous sa propre masse ». Le deuxième tableau semble représenter Mithra. Pour la petite histoire, Mithra rencontre le taureau entrain de paître, décide de le monter, tombe et s’accroche aux cornes de l’animal … Mais, la bête s’épuise, Mithra l’attache et l’emporte sur ses épaules. Le taureau retrouve des forces, mais Mithra doit le sacrifier. Mithra parvient à capturer l’animal, le traîne de nouveau dans sa grotte et lui enfonce son couteau de chasse dans l’épaule. Touché au cœur le taureau s’effondre … Après le chien, animal de compagnie et compagnon de chasse, le premier animal domestique est la chèvre.


Le couloir qui sépare ces deux salles comporte encore un autre style de peintures, rupestres, des grands champs et cette chèvre ou ce bouc avec des cornes, en forme de … de 99. « Le sens et la signification du chiffre 9 est profond, il représente tout et rien en même temps ». 99 a une signification spirituelle. « On dit alors que le nombre angélique 99 fait référence à la fin, qu’une étape de votre vie va prendre un terme, un cycle touche à sa fin. Il vous rappelle que vous avez un grand esprit de leadership et de l’altruisme, et ce sont des qualités que vous pourrez très bien exploiter pour mener votre mission sur terre et pour attirer vos semblables à rejoindre votre cause. N’oubliez pas que vous êtes un être de lumière et que vous êtes un travailleur de lumière pour l’humanité ». Mais ce tableau peut aussi représenter l’agneau mystique…

Qui ?

Là est la question, on peut penser qu’ils sont plusieurs, les peintures de la première salle sont signées René ? Rani ? René ? Les autres ne le sont pas. Ce sont tout de même des personnes qui savent dessiner, peindre, qui semblent cultivées et qui sont restées un moment dans cette commune.

Autre chose : les poutres font penser à la « Librairie » de Montaigne, des citations dorées les recouvrent des deux côtés, magnifiquement peintes. Ces mêmes sentences sont peintes sur les traverses de la Tour Sur ces photos on peut en lire deux : « Orbis magnae vel parvae earum rerum quas Deus tam multas fecit notitia in nobis est. »

Du grand et du petit monde des choses que Dieu a faites en si grand nombre, la notion est en nous.



Extrema homini scientia ut res sunt boni consulere, caetera securum. Le bout du savoir pour l'homme est de considérer comme bon ce qui arrive, et pour le reste d'être sans souci.

Mes amis historiens ici présents se posent également de nombreuses questions, des francs-maçons ? (A cette époque…) des Allemands ? des Français pro régime de Vichy ? Des humanistes ? Des potaches ? Ce n’est pas tout Dans la première pièce, on peut voir un meuble, des panneaux (salle de spectacle, sortie) et partout des chimères, chimères que l’on retrouve encore chez Montaigne. Chimères que l’on retrouve encore au bas de la scène de la salle des fêtes….

Alors, quoi ? qui ?


Par Françoise VILLECHENOUX.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.genea24.fr/blog/index.php?trackback/159

Fil des commentaires de ce billet