Ustensiles du temps jadis

Notre amicale, à l’issue de son repas annuel, a été visité le château de Fratteau. Une agréable visite en compagnie de la propriétaire qui nous a présenté les lieux.
Chaque pièce étant amplement meublée de différents meubles et objet d’époque. En photo, voici une des pièces, racontée. On pénètre dans la cuisine :




















À côté de la cheminée, la table et ses deux bancs. Aux alentours de la cheminée.








dans son récipient : une couade. Une casotte en vieux charentais. La COUADE est une sorte de louche, dotée d’un long manche tubulaire, creux et percé sur toute sa longueur, du louchon à la pointe du manche.







Un RECHAUFFOIR. Réchaud de table en terre blanche à glaçure verte et jaune. Il est composé d’une base tronconique ajourée, surmontée d’une coupe au rebord mouluré pourvu d’ergots ponctués de visages humains en pastillage. Les trois anses plates reliant la coupe à la base sont ornées d’un écu aux armes de France en léger relief. Période supposée 1480 à 1520. Provient du château de Fratteau où il est conservé.


Un CAPUCIN est un ustensile en fer de rôtisserie ayant la forme d’une petite capuche trouée et fixée au bout d’un long manche. Le rôtisseur se sert du capucin pour arroser de gras, de graisse ou de jus les viandes ou les volailles en cours de cuisson


Le CHAUFFE-BAIN est un grand contenant ou récipient en cuivre rouge ou en fer étamé, parfois lesté, haut, cylindrique, juché sur un pied évasé, avec un corps pansu surmontant ce pied. Le corps du chauffe-bain est fermé hermétiquement par un couvercle emboitant. Il possède deux cheminées latérales coudées qui partent du bas du corps et sont également fermées par un couvercle. Les cheminées latérales servent à diffuser la chaleur et ont aussi vocation à amener de l’air frais à la base du brasier, favorisaient la combustion des braises. Ceci implique que durant son utilisation, tous les couvercles étaient retirés. Repositionner les couvercles se résumait à éteindre le foyer. Deux tiges horizontales qui partent des cheminées les relient au corps central et servent d’éléments de prise.




HERISSON à bouteilles (vides).







Un BOUERADOUR. Cet ustensile est en fait formé de deux tiges en bois, assemblées en leur centre et crantées dans leurs bouts. En tournant vigoureusement cet instrument, baguettes écartées, dans le ruffadou ou l’oule où se trouvent les châtaignes ébouillantées et dégagées de leur première écorce que la seconde peau se détachait facilement.






On aurait pu aussi voir :


Le CANTOU est une cheminée plus ou moins monumentale utilisée dans le sud-ouest de la France. Du Moyen Âge au XXe siècle, cette cheminée constitue l’élément central de la maison paysanne et le centre de la vie de la famille.

En occitan les termes cantóu ou contóu désignent un coin et par extension, « le coin du feu » (contóu del fioc)


Le BOUFFADOU (bofador en occitan) est un instrument traditionnel pour attiser le feu. C'est un soufflet à bouche, long tube de bois dans lequel on souffle et qui permet de diriger l'air sur un point précis du foyer.

Photos Hélène Sénillon, JLF.

Par Jean-Louis FILET.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.genea24.fr/blog/index.php?trackback/153

Fil des commentaires de ce billet