Yves GUENA et la Dordogne


Sa vie Yves René Henri voit le jour à Brest le 6 juillet 1922 dans une famille modeste, fils d'Yves Guéna et d'Eugénie Kernaléguen. Il fait sa scolarité à Brest puis à Rennes. A 19 ans, il entre dans la résistance et rejoint le Général de Gaulle. A la fin de la guerre, alors qu’il est en convalescence à l’hôpital militaire du Val-de-Grâce, il rencontre Oriane de La Bourdonnaye-Blossac, la fille du comte Alphonse de La Bourdonnaye-Blossac et d'Élisabeth de La Panouse. Il l’épouse, le 23 juillet 1945. Ils ont sept enfants : cinq fils et deux filles, et la famille s'installe au château de Chantérac en Dordogne d'où est originaire Oriane de La Bourdonnaye.




Il sera successivement, haut fonctionnaire, homme politique, écrivain et résistant français. Il est commandeur de la légion d’honneur, croix de guerre 1939-1945 et médaillé de la résistance.

Elu député de la Dordogne, il devient ministre des PTT dans le gouvernement Pompidou dès 1967 et ne devait cesser de mener ces deux parcours parallèles, selon sa formule, "la tête à Paris, les pieds en Dordogne". Entre 1962 et 1981, Yves Guéna est député de la circonscription de Périgueux. De 1967 à 1969, il est ministre des postes et télécommunications sous la présidence du Général de Gaulle.



Le 15 juin 1970, alors qu’il est conseiller général de la Dordogne, il inaugure l'imprimerie des timbres-poste et des valeurs fiduciaires à Boulazac, dans une zone industrielle proche de Périgueux. Le premier timbre imprimé sur ce site est la Marianne de Cheffer. En mars 1971, il est candidat pour la seconde fois aux élections municipales à Périgueux face à deux listes de gauche. Sa liste arrive en tête au premier tour, obtenant 75 suffrages de plus que la liste de la gauche non communiste arrivée en deuxième position. Le 21 mars 1971, il est élu maire de Périgueux. Il sera réélu quatre fois, en 1977, 1983, 1989, 1995… (obtenant souvent près de 60% des voix). Lors de sa mandature, il procède à la rénovation de la ville (réaménagements de quartiers, pavage de rues, etc.). Il crée le Festival international du mime Mimos en 1983, le salon international du livre gourmand avec l'aide de son adjoint à la culture Xavier Darcos. En janvier 1997, il quitte ses fonctions de maire à la suite de sa nomination au Conseil constitutionnel par le président du Sénat René Monory.

Xavier Darcos est élu maire à la suite du vote du conseil municipal.

Il décède le 3 mars 2016 à Paris et repose avec son épouse dans le cimetière de Chantérac en Dordogne.

Par __Geneviève COULAUD. __

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.genea24.fr/blog/index.php?trackback/169

Fil des commentaires de ce billet